L’emprunt Sarkozy : un bon placement politique ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le 22 juin le président Sarkozy annonce devant les parlementaires réunis en congrès à Versailles la réalisation d’un grand emprunt national à l’automne pour financer les projets du gouvernement. En cela l’État Français n’innove pas mais, rejoignant les grands pays, emprunte pour financer son déficit et ses dépenses. Une différence cependant: l’emprunt sera lancé « soit auprès des français soit auprès des marchés financiers. » La différence est de taille. Dans la première option, il s’agit de faire appel à l’épargne des français, dans l’autre d’émettre des titres destinés aux investisseurs institutionnels tels que les fonds de pension, les assurances, la plupart du temps des capitaux internationaux.

Traditionnellement le mode de financement de la dette publique consiste généralement à emprunter sur les marchés financiers mondiaux. L’Agence France Trésor émet OAT (obligations assimilables du trésor) à taux fixes ou variables et d’une durée de deux à tente années suivant les émissions. En 2009 plus de 150 milliards d’Euros ont été levés par l’AFT. Les obligations souveraines de l’Etat bénéficient de la meilleure notation « triple A » et l’état français n’a aucune difficulté à lever des emprunts sur les marchés internationaux.

Si l’emprunt est lancée uniquement auprès des particuliers,  la mise en place de l’opération risque d’être plus onéreuse qu’un emprunt classique émis sur les marchés financiers. L’état doit pour mettre en place l’opération, s’adresser aux banques de dépôts, verser aux établissements bancaires des commissions et financer une campagne publicitaire importante. En outre la rémunération offerte aux particuliers devra être sensiblement plus élevée pour réussir la levée de cet emprunt. Pourrait-on faire moins que le nouvel emprunt EDF au taux de rendement de 4.5%, tout en sachant que, sur les marchés financiers, l’État emprunte aujourd’hui à des taux sensiblement inférieurs.
En revanche un tel emprunt aura le mérite de faire appel à des capitaux dormants des particuliers, n’oublions pas que les français sont les champions de l’épargne,  dont la rémunération annuelle sera réinjectée dans l’économie française. Il s’agit d’une offre, certes « politique » mais aussi d’une réalité économique positive pour la France. L’un n’empêche pas l’autre.

Dans une période d’incertitude boursière et de refus des placements à risques, un tel emprunt, placement totalement garanti, avec un rendement supérieur aux placements d’épargne classiques (livret A ou LDD) ne peut qu’offrir des avantages aux particuliers.
Les modalités et le montant seront décidés après un débat national cet été. Attendons donc l’automne pour mieux apprécier les détails de cet emprunt dont les ressources seront “affectées exclusivement à ces priorités stratégiques pour l’avenir” comme l’annonce Nicolas Sarkozy.

Actufinances.fr & regroupez vos credits

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »