Un puits sans fond : le sauvetage des banques aux USA

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

A l’automne 2008, sous l’administration Bush, le plan Paulson, proposait en enveloppe financière de 700 milliards de dollars. Avec ce plan de crise les actifs « pourris » étaient rachetés, les banques retrouvaient une solvabilité, et l’économie était relancée !
le FMI quant à lui estimait déjà en octobre un besoin de 1 400 milliards de dollars, le double !

Aujourd’hui Le Fonds monétaire international revoit à la hausse ses prévisions. L’estimation du coût de la crise bancaire aux USA : 2 200 milliards de dollars.

L’institution pilotée par Dominique Strauss-Kahn s’inquiète de la dégradation rapide de l’état des finances de la planète, reconnaît que “la reconnaissance des pertes et la restructuration des créances douteuses ne sont pas achevées”. “De nouvelles initiatives s’imposent pour permettre une prise en compte crédible des pertes sur prêts, un classement des sociétés financières en fonction de leur viabilité à moyen terme et un soutien public aux établissements viables sous forme d’injections de capital et d’une extraction des actifs de mauvaise qualité”

Le financier Georges Soros qui dés le début de l’année passée tirait la sonnette d’alarme propose aujourd’hui «une régulation coordonnée au niveau mondial» et prévoit qu’il faudra des milliers de milliards pour assainir la situation.
L’équipe du nouveau président américain semble se rapprocher de cette vision. Les autorités américaines prévoiraient de débloquer entre 1000 et 2000 milliards pour sauver le secteur financier aux abois.
Selon le Wall Street Journal le nouveau plan de sauvetage serait annoncé publiquement dans les prochains jours.
Si plusieurs scénarios sont envisagés, création de « bad bank » - banque contrôlée par l’Etat pour sortir les actifs «toxiques» du bilan des institutions financières américaines- ou bien achat par l’État d’actions de banque ou d’obligations, tous visent de la part de L’administration américaine à trouver le meilleur moyen d’injecter efficacement de l’argent dans les banques.

Ce dernier nouveau plan, sera-t-il le premier d’une longue série à venir au courant de l’année 2009 ? Le montant des coûts de la crise financière retenu aujourd’hui – 2 000 milliards - est-il réaliste? Quel sera-t-il demain : encore plus ? Le puits est-il réellement sans fond ?

bernard brisson Regroupez vos credits

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »